French No Limit

Wednesday, Sep 20th

Last update07:42:07 AM

Vous êtes ici : Accueil Articles Articles

Dans la peau d'un joueur de poker

Additional Info

Il y a quelques mois, Rynaldo31, a décidé de tenter l'expérience de jouer intensément au poker, voici son ressenti !

 

Je vous avais énoncé un certain nombre d'objectif: partir à Vegas, jouer le deepstack de Forges les eaux... Des objectifs que je n'ai pas tenu, notamment à cause de soucis d'ordre logistique. Vegas est toujours au programme mais ce ne sera certainement plus durant la période des WSOP.

Sur les deux derniers mois, j'ai beaucoup moins joué sur le net et j'ai privilégié le jeu live à un ryhme de plus en plus élevé.Les parisiens ont la chance de pouvoir jouer au poker quasiment 24/24 et il est vrai qu' une fois qu'on goute de manière aussi intensive au live, il est très difficile de revenir sur le net.

Une remarque concernant ce jeu: je considère que le poker n'est définitivement plus un phénomène de mode mais est vraiment inscrit dans la société et dans la durée.
Mes partenaires de jeu vont de l'etudiant qui dépense la bourse de l'Etat ou celle de papa, au cadre sup qui vient tater des cartes pour decompresser de sa journée, en passant par l'ouvrier, le fonctionnaire ou le gérant de société et le petit dealer du quartier, jusqu'au retraité. Bref autour de la table on avait le panorama de toutes les categories socio professionnelles de la société française. Et c'est marrant comment l'ego et le caractère des individus peuvent ressortir autour d'une table de poker. Entre les champions du monde qui donnent des conseils à tout va et qui ne comprennent pas pourquoi on paie l'impayable et d'autres qui sont prêt à partir à tapis préflop car c'est leur "fétiche"... Bref après les brèves de comptoir, on pourrait en faire des bouquins avec les "brèves de poker".

Ce que vous avez lu dans la journée d'un livetard etait devenu quasiment mon quotidien.
Il y a eu des jours où ce fut un zero pointé en terme de places payés mais il y a aussi eu des jours où malgré les places payés, on a ce gout amer dans la bouche d'être passé à coté d'une magnifique performance comme dimanche dernier.
Je vais vous raconter ce qui s'est passé ce dimanche :
je commence un tournoi à Clichy à 50 euros (38 joueurs) à 15h30 et je finis ITM en 4e place à 19h45. Un pote m'appelle et me dit de venir à Cadet pour faire le tournoi à 200 euros de 20h00. Un coup de scoot et j'arrive à temps pour m'inscrire au tournoi (c'etait la 1ere fois que je faisais ce tournoi) sans avoir diné en utilisant l'argent que je venais tout juste de gagner
à Clichy (oui oui je suis un pro de la gestion de BR ! ) . Et je réussis à atteindre la table finale du tournoi en ayant réussi à maintenir ma concentration (10 payés, 100 joueurs au depart, 4000 euros à la gagne). Je finis 9e du tournoi à 4h45 du mat pour un gain de 400 euros alors que j'etais 5e en terme de jetons et les 8 premiers touchaient en plus de l'argent un ticket à 400 euros. Malgé ces très belles performances (2 TF sur 2 tournois joués), en rentrant chez moi, j'avais ce putain de gout amer d'être passé à coté d'un gain encore plus important.


Malgé tout, je suis relativement content des résultats engrangés en live. Sur les deux derniers mois, je suis gagnant de 800 euros, c'est pas grand chose vous me direz. Mais sachant que je dépense quasiment 500 euros de buy in par semaine, ne pas être négatif est pour moi déjà une grande performance.
Et cerise sur le gateau, je finis dans le top 10 du classement trimestriel de clichy. Les 15 meilleurs joueurs de clichy gagnent un ticket pour le tournoi à 500 euros du 9 juillet. Les 10 premiers gagnent en plus du ticket de l'argent et les 6 premiers ont leur tête mise à prix (à 200 euros) lors d'un tournoi bounty.
Je finis 6e du classement trimestriel de clichy: je gagne donc 300 euros + un ticket à 500 + un ticket à 100 euros bounty "shoot the champ".
Je suis particulièrement fier de ce résultat car je me suis mis à jouer régulièrement dans ce cercle que depuis 2 mois et ce résultat, sans fausse modestie, me conforte dans mon approche du jeu.
Certains d'entre vous m'ont demandé quel etait le budget à prévoir pour se faire une petite année de poker.
Le plus important pour moi, c'est dans un premier temps de séparer le budget poker du budget courant. Il ne faut en aucun cas ESPERER que le poker puisse vous dégager un revenu régulier, ce serait un très mauvais calcul. Et comme je l'ai déjà dit, personnellement je ne compte pas faire du poker toute l'année (donc perso j'avais pas fait de budget reellement préétabli)

De ma petite experience, je dirais qu'outre le budget, il y a d'autres facteurs à prendre en compte :

- avoir suffisamment épargner pour pouvoir assurer les dépenses courantes
- être célibataire ou avoir un(e) conjoint(e) très compréhensif(ve)
- Ne jamais oublier que la majorité des joueurs de poker sont des joueurs perdants.
- se remettre sans cesse en question et ne jamais se croire superieur à son adversaire
- Travailler son jeu et sa stratégie encore et encore

Honnêtement, j'ai très peu travaillé ma stratégie sur les 2 derniers mois, mon kiff etait de taper le carton dans les cercles.

J'ai plus pris le poker comme un loisir que comme un moyen de subsistance. Si on décide de vivre du poker, je trouve que la variance et la cruauté de ce jeu a de quoi faire péter un plomb à n'importe qui. Pour moi, vivre uniquement du poker n'est pas une vie ! On devient trop deconnecté de la vie et de la société en ne jouant qu'au poker.

Je n'ai jamais voulu consacrer une année entière à jouer et je crois que le mois de juillet sera certainement le dernier mois où je jouerai de manière intensive et retourner ensuite dans la vrai vie. 
Je ne suis pas devenu millionnaire ou milliardaire mais c'était un putain de kiff d'avoir le luxe d'assouvir sa passion à fond sans aucune contrainte !

Le luxe suprême pour moi en tant que joueur amateur serait de pouvoir un jour m'envoler à Vegas, m'assoir à la table de la Bobby's room et de gagner un gros pot contre Brunson avec 10-4 depareillé et pouvoir lui dire : "Sorry Doyle, that's my fetish !"

A ce moment là, je pourrais dire que j'ai vraiment vécu tout ce que j'avais à vivre concernant ma passion.